Jardins Secrets, le blog

Une évasion bucolique et originale sur 7000m2. Ouvert 7j/7 du 9 avril au 8 octobre 2017



Le blog de Nicole

Georges Sand, herboriste et romancière



Nous connaissons tous Georges Sand et nous l’associons volontiers à notre patrimoine littéraire national. Nous connaissons moins ses idées novatrices en matière de jardinage, et j’ai envie de vous faire découvrir la face plus secrète et cachée de son personnage.



Georges Sand, herboriste et romancière
Cette femme énergique et passionnée s’est détournée de Paris et de ses succès mondains pour se retirer au cœur du Berry. Très attachée aux précieux souvenirs de ses séjours d’enfant dans la gentilhommière familiale de Nohant, elle en devient propriétaire à l’âge de 32 ans et y vécut pendant 40 ans, jusqu’à sa mort.
C’est dans ce cadre bucolique que Georges Sand, curieuse de tout, d’une exceptionnelle vitalité, concilia sa création littéraire, sa vie familiale, son goût de la nature et ses expérimentations et recherches botaniques. Courageuse et travailleuse acharnée, elle posait parfois la plume au profit de la pioche, aménageant pour sa petite fille un jardinet particulier, associant les joies familiales aux vertus thérapeutiques du jardinage : « je brouette les cailloux, j’arrache et je plante du lierre, je m’éreinte dans un jardin de poupée et cela me fait dormir et manger on ne peut mieux. »

La propriété se composait d’un verger, d’un potager, d’un jardin de fleurs, d’une roseraie et d’une prairie où trônaient deux cèdres plantés à la naissance de ses deux enfants. La contemplation n’était pas de mise et la présence d’un jardinier était indispensable, malgré l’ardeur de la romancière : « Je me livre au jardinage avec furie, par tous les temps, 5 heures par jour. Cela m’abrutit beaucoup et la preuve, c’est que tout en bêchant et ratissant, je me mets à faire des vers… ». Georges Sand fit de son jardin un creuset où se mêlaient l’inspiration, l’expérimentation et la création.
Elle avait une conception très originale pour l’époque de la maîtrise du végétal. Elle déplorait que « la plante, entrée dans l’économie sociale et domestique soit devenue monstre ou merveille selon nos fantaisies » et préférait, en botaniste confirmée, utiliser à son profit et à celui des villageois, les bonnes plantes qui guérissent. Elle herborisait dans la campagne et confectionnait des tisanes et des remèdes qu’elle utilisait avec discernement.
L’intérêt qu’elle portait aux plantes sauvages et aux « mauvaises herbes » en fait une pionnière dans l’utilisation de la médecine naturelle et de l’écologie. Préférant laisser vivre les plantes là elles ont choisi de pousser, elle s’évertuait à créer, en dépit des résistances de son jardinier (« c’est l’être le plus exigeant et le plus indécrottable qui existe » dira-t-elle de lui), un écosystème pour faire vivre une multitude de petites plantes indigènes. « Il faut reproduire avec grand soin le lit naturel où elles naissent et c’est par hasard que nous y parvenons quelquefois ».

La « bonne dame de Nohant » rode encore en feu follet sur son territoire romanesque. La gentilhommière, le jardin, le petit parc ont conservé un caractère d’élégance tout de simplicité et sont aujourd’hui très bien entretenus. Une occasion stimulante de découvrir dans une campagne sage et assoupie, une jardinière éclairée qui loin d’être démodée s’intègre parfaitement dans la mouvance contemporaine.

En savoir + : http://maison-george-sand.monuments-nationaux.fr/
A visiter aussi, si vous êtes de passage dans le Berry : http://www.prieuredorsan.com/

Nicole Moumen


Notez


1.Posté par mireille le 24/06/2014 19:17

mon message est parti trop tôt.... donc merci pour ce moment magique au milieu de vos jardins..
et samedi dernier j'ai visité avec ma soeur (qui habite Cran Gevrier et ma maman ce bel endroit).. un havre de paix..
j'habite Nohant Vic le pays de George Sand.. mais régulièrement je viens visiter vos beaux jardins..

merci merci et bravo les artistes..

2.Posté par Marie le 24/11/2014 16:28

BONJOUR,
Nouvel eclairage interessant, mais veuillez rectifier l'orthographe de Georges en GEORGE, le "s" en trop
annule toute l'histoire de sa vie.
Merci pour George Sand!

Nouveau commentaire :
Twitter

Notre histoire | Votre visite | Groupes | Evénements 2017 | Restauration | Le blog de Nicole | Ils ont aimé ! | Vidéos | A voir aux alentours | Informations pratiques | Actualité | Boutique