Jardins Secrets, le blog

Une évasion bucolique et originale sur 7000m2. Ouvert 7j/7 du 8 avril au 7 octobre 2018


Le blog de Nicole

Poésie et élégance aux jardins du prieuré Notre Dame d’Orsan





Poésie et élégance aux jardins du prieuré Notre Dame d’Orsan
Il y a presque 10 ans, alors que nous étions encore des jardiniers-bâtisseurs novices, mus par la curiosité de découvrir d’autres jardins, nos pas nous ont portés au cœur du verdoyant Berry, à la rencontre des jardins du prieuré d’Orsan.
J’en garde encore aujourd’hui un souvenir vivace, bien que de tels jardins n’aient aucun lien de parenté avec les nôtres, si ce n’est d’être aussi l’œuvre commune d’un homme et d’une femme, Sonia Lesot et Patrice Taravella, tous deux architectes.
En quête d’une maison, au gré de leurs « courants porteurs », ils ont rencontré par hasard un ancien prieuré assoupi.
Quelques beaux reste du XIIème siècle, encombrés de porcheries de poulaillers et de hangars, au sein d’une campagne vouée à l’élevage bovin, furent le point de départ d’une minutieuse recherche en vue de résoudre l’énigme d’Orsan.
De ce site chargé de culture monastique, Sonia et Patrice vont déchiffrer les traces en se livrant à un véritable jeu de piste au sein d’un enclos aride et inhospitalier qu’ils s’efforcent lentement de réveiller et de faire parler. L’idée d’un jardin médiéval autour du prieuré s’impose enfin. Une fois leur projet défini, clarifié, les deux architectes vont alors s’adonner à l’observation méticuleuse de documents, d’enluminures, de tapisseries et à la lecture des commentateurs et historiens du Moyen-âge. Rien n’est laissé au hasard. En puristes amoureux, aidés d’un jardinier providentiel et compétent, Gilles Guillot, tout acquis à leur projet, ils vont recréer autour du prieuré toute la symbolique des jardins médiévaux à travers la fontaine, le potager, le verger, l’herbarium, le jardin de Marie…
Gardant toujours un œil sur le terrain et une oreille à son écoute, ils vont tout en douceur ressusciter un jardin clos idéal, microcosme où plantes, animaux et hommes vivaient en harmonie et en autarcie.
Aujourd’hui, au prieuré, on cultive à nouveau le blé, l’orge, la vigne et l’olivier. On savoure à la table d’Orsan les légumes et les fruits mûris au jardin. On se soigne en utilisant les « simples » du capitulaire de Charlemagne ; on se promène pieds nus dans les allées engazonnées ; on rêve sous les charmilles ou les gloriettes entremêlées de glycine et de clématite ; on évolue dans une enluminure parmi les roses, les lys et les violettes, bordées de plessis de châtaignier.
Tout est simple, évident, serein, poétique, élégant… On sort de ces jardins réconfortés de savoir qu’il existe encore, dans notre monde standardisé, dépoétisé, laidement urbanisé, des magiciens pour écouter les pierres chuchoter de vieilles et belles histoires et exhumer de l’oubli l’ineffable beauté des sites inspirés.

Informations pratiques

Les Jardins du prieuré d’Orsan 18170 Maisonnais (Cher – RD65 entre Lignières et le châtelet). www.prieuredorsan.com
A lire : Les Jardins du prieuré Notre-Dame d’Orsan par Sonia Lesot et Patrice Taravella, éditions Actes Sud.


Nicole Moumen


Notez

Nouveau commentaire :
Twitter

Notre histoire | Votre visite | Groupes | Evénements 2017 | Restauration | Le blog de Nicole | Ils ont aimé ! | Vidéos | A voir aux alentours | Informations pratiques | Actualité | Boutique