Sans titre (20)

Dansons sous la pluie !

Les carnets de Nicole

Dansons sous la pluie !

Je suis tout à fait convaincue qu’un jardin est nécéssaire à notre épanouissement. Il apaise, console, et rend heureux. Il peut aussi éduquer, guérir et nourrir. Ce bien précieux au sein de notre univers bétonné est le fruit de deux acteurs ;l’homme et la nature . C’est du moins ce que je pensais jusqu’à l’arrivée d’un …

Dansons sous la pluie ! Lire la suite »

Partage

J’observe les années couler sur notre jardin sans qu’il en soit affecté, bien au contraire . Le bougre a une sacrée forme ! Il semblerait qu’il se soit abreuvé de notre vitalité et de notre jeunesse à l’époque où nous étions insouciants de l’usure du temps qui inexorablement accomplissait son œuvre sur nos corps sollicités …

Partage Lire la suite »

Votez printemps !

Il n’est pas toujours facile d’être confronté à une désagréable réalité sans se lamenter. En parler nous met dans le camp des radoteurs moroses, ne pas en parler dans celui des benêts ou des autruches. Il serait lâche de ne pas s ‘informer de la marche du monde, cruel de ne pas compatir à la misère, …

Votez printemps ! Lire la suite »

La main verte

On ne récolte que ce qu’on sème et il est préférable que s’aiment le jardinier et son jardin.    Le jardin est un être vivant, sensible et réceptif et, bien qu’il s’entoure de mutisme, il utilise pourtant un langage dont les codes sont faciles à déchiffrer pour celui qui veut bien y prêter attention. Il …

La main verte Lire la suite »

La vie en vert !

Confrontés au brouhaha du monde, il nous paraît difficile de nous en extraire et de rester confiants et sereins. Où sont passés nos repères et nos certitudes? La météo fait de gros caprices, la pandémie nous tétanise sans pour autant empêcher les hommes de se massacrer assidûment ni de faire des trous dans la trame …

La vie en vert ! Lire la suite »

Un été aux abois

La vision est surréaliste et semble appartenir à un rêve qui mettrait en scène un bal masqué un peu triste, sans musique ni danse. Les masques circulent dans les allées, s’attardent, se penchent sur les fleurs, émettent des sons étouffés. Seuls les yeux vivent. Derrière le masque dont certain révèle notre façon d’être (classique, pratique, …

Un été aux abois Lire la suite »

Retour haut de page